La semaine dernière, parmi les innombrables mails de groupies demandant  un ou parfois plusieurs chauds patates en mariage, nous avons trouvé celle-ci.

« Bonjour les chauds patates. En suivant vos aventures cela m’a donné envie d’essayer un raid. Comment et où peut on s’entrainer ? Comment gère-t-on des efforts aussi longs ? Bref, que me conseillez vous de faire avant de prendre le départ d’un raid multisport ?
Merci.

Franck » 

Alors Franck, bienvenue dans ce joyeux bordel qu’est le milieu du raid multi. Voici quelques clefs pour les premiers pas, mais sache qu’ avant d’atteindre le niveaux exceptionnel des chauds patates, la route sera longue petit Padawan.

Etape 1, choisir une épreuve.

Il faut forger pour devenir forgeron. Pour commencer, inscrivez-vous à un raid. Vous trouverez une liste très complète sur le site raidsnature. La très grande majorité des raids y est répertoriée.  Le magazine Endurance Mag publie aussi en Janvier l’Endurance BOOK, le calendrier des raids et des trails de l’année.

Choisissez une épreuve un peu loin dans la saison, pour laisser la place à l’entrainement.

Le conseil patate: Restez humble! De nombreux raids proposent plusieurs parcours. Évitez pour un premier contact de vous inscrire sur le plus long. Une épreuve de 4-5 heures sur une seule journée fera l’affaire. Même si  les distances annoncées ne sont pas énormes, méfiez vous car les distances sont souvent calculées en vol d’oiseaux, et il n’est pas rare lorsque l’on débute de faire 2 fois plus de distances sur les épreuves en orientation.

De préférence, choisissez un raid avec une belle météo

L’épreuve parfaite serait bien sur le parcours « patate » du futur raid des chauds patates 2013.

Étape 1 bis, trouver un coéquipier.

Lors de votre premier raid, vous allez souffrir, ruminer contre les orgas, maudire la végétation agressive. Mais cela restera un bon moment, car en raid on partage cela avec un ou des coéquipiers.

La grande question est : comment trouver le coéquipier idéal ? Celui qui nous portera le vtt lorsque l’on sera pris de crampe, celui qui ne nous jettera pas des cailloux à la figure quand on lui annoncera que l’on s’est trompé de chemin pour la 14° fois. Pour la plupart d’entre nous, nos premiers coéquipiers sont des copains/copines d’entrainement, les gens avec qui on roule le dimanche. L’idéal est d’avoir un niveau homogène, mais c’est très rarement le cas, même dans les top team. Il ne faut donc pas hésiter à utiliser des systèmes de tractions (tire-minette pour les initiés).

Evitez de choisir votre coéquipier(e) sur des critères physiques.

Sinon, vous pouvez toujours vous rendre sur les sites des épreuves, quelques fois ils mettent en ligne des bourses à équipiers.

La meilleure solution est de prendre contact avec les assos de raid près de chez vous. Le site raid nature référence également toutes les équipes. Prenez contact avec eux, ils vous proposeront surement de venir les rejoindre.

Etape 2 : la préparation.

La base des raids multi, c’est souvent du trail (avec des portions hors chemin), du vtt, de l’orientation et parfois du kayak.

En vtt et en trail, il faut pouvoir tenir à l’entrainement des sorties longues, entre 3 et 4 heures, avec du dénivelé de préférence. Chez les chauds patates, on s’entraine tous de notre coté et chacun à notre façon. Gaet, John et Batou sont licenciés en athlétisme et font beaucoup de pistes en automne et hiver (voir du cross pour gaët). Max, Salomé, Gaët, John sont licenciés en ski alpinisme et font beaucoup de dénivelé en hiver et au printemps. Yohan et Oliv, en tant que licenciés en ski de fond, passent un peu de temps l’hiver à réviser leurs pas de 2 ou de 3, Batou, Oliv, John et Gaët sont licenciés en course d’orientation, afin de pouvoir tenir les cartes correctement (la saison de CO est souvent en automne et au printemps).

Salomé passe ses weekends à s’abimer les mains sur des falaises d’escalade.

Nous passons tous également pas mal de temps en montagne, pour courir, chercher le genépi, balader avec les amis, promener le vtt ou chercher le champignon.

Bref, la recette miracle n’existe pas, nous essayons tous de prendre du plaisir dans des sports différents, de varier un maximum les disciplines et passer le plus de temps dans la nature.

Pour votre premier raid, il est conseillé cependant d’avoir eu une expérience avec une carte et une boussole, cela permettra de vous éviter quelques grands moments de solitude.

Il est préférable aussi d’avoir pu partager un entrainement ou deux avec son coéquipier, afin de connaitre les différents niveaux et de gérer la course en fonction, et surtout avec un objectif commun et connu de tous les coéquipiers.

3ème étape: La course

Le jour j, n’hésitez pas à venir à l’avance. La préparation du matériel de course, du vtt, du sac… prend souvent du temps. Arriver à l’arrache vous rajoutera de la pression.

Prenez bien connaissance du raid book, souvent diffusé sur le site internet de l’épreuve avant la course, et surtout, ne ratez pas le brieffing. Le raid a souvent des particularités propres à chaque organisation, et il n’est pas rare de passer une journée à galérer à cause d’un brieffing mal écouté (ex : balises annulées, porte horaire…)

N’hésitez pas à embarquer avec vous de l’eau et de la nourriture en quantité. A la différence du trail, on est souvent en autonomie en raid, et on peut passer beaucoup plus de temps que prévu sur certaines épreuves.

Un dernier conseil, ne suivez pas l’équipe devant vous, il y a de grandes chances qu’elle soit aussi nul que vous en orientation !

Profitez de votre journée, mais aussi de la bière à l’arrivée…

Guillaume Bernard, Alias Cacahuète est expert en bière d'après l'effort

Guillaume Bernard, Alias Cacahuète, notre expert en bière d’après l’effort

 

Les patates racontent leurs premières fois…

Batou : Mon premier raid, raid de la vallée de la creuse (maintenant raid de la licorne) en 2005 sur le grand parcours. Avec un ami d’enfance, on s’est lancé dans cette épreuve en touristes complet. Pas de porte carte, aucune idée de l’orientation… Au final, on a suivi une équipe pendant plus d’une heure pour finir en tête de la section VTT orientation, et cela sans avoir sorti la carte de l’épreuve. On a fini complètement fracassés, mais depuis je n’ai jamais pu décrocher.

Oli : en 2007 sur le raid INPG, avec 3 copains de tous bords. Une satisfaction de se qualifier au prologue, une chouette bambée dans la montagne lors du week-end du raid. Je ne me rappelle pas d’un seul moment d’ennui !

Gaët : Mes début en 2005-2006, Raid Grand Place avec mon grand pote Thomas Fauvet, raid Orient’Alpin avec Jojo. Comme une révélation, c’est le sport qu’il me fallait.

Jo. Premier raid avec Gaët à l’orient alpin en 2005 (Autrans), à l’arrache complet, pas de VTT et pas déjeuné le matin = grosse hypo rapido. On finit quand même 16ème sur 35. Bon souvenir !

 

Gaët à l'orient'alpin 2005

Gaët à l’orient’alpin 2005

John à l'orient'alpin 2005

John à l’orient’alpin 2005

Gaët et Tom Raid Grand Place 2006

Gaët et Tom Raid Grand Place 2006

Et vous, c’était comment votre première fois?